Aller au contenu
  • Météo du lundi 31 décembre en Normandie : l’histoire sans fin

    Les conditions anticycloniques sont si puissantes qu’elles ne permettront pas de réelle évolution dans le type de temps que nous connaissons en Normandie. Cette semaine, la météo va donc rester aussi calme que depuis plusieurs jours déjà.

      ,
  • Le port d’Honfleur pour célébrer le Nouvel An? Ces croisiéristes britanniques ont dit oui!

    Le navire de croisière Le Pont-Aven est arrivé à Honfleur ce dimanche 30 décembre à 8h45. A son bord, 1200 passagers ayant embarqué la veille à Portsmouth. Les croisiéristes visiteront Honfleur et Rouen pendant deux jours, avant de lever l’ancre le 1er…

      ,
  • La flèche de Notre-Dame de Rouen : un destin exceptionnel

    La cathédrale de Rouen au crépuscule, vue du côté de la Cour d’albane, avant les travaux de restauration de la flèche (© Serge Van Den Broucke).


     
    Extrait Patrimoine Normand N°108.
    Par Serge Van Den Broucke.

    Le plus célèbre monument historique rouennais est actuellement en cours de restauration. Cette campagne de travaux s’inscrit dans une longue histoire patrimoniale, et représente une nouvelle étape dans une spectaculaire aventure architecturale et humaine.
     

    En 1818, en Angleterre, deux intellectuels passionnés de livres se rencontrèrent pour conclure un accord. Le premier était le comte George John Spencer, un politicien fortuné dont la bibliothèque personnelle renfermait des dizaines de milliers de volumes. Le second était Thomas Frognall Dibdin, bibliographe réputé dont les travaux faisaient autorité. Spencer proposa à Dibdin de l’envoyer sur le continent afin de rechercher et d’acquérir des ouvrages pour compléter sa collection, offre qui fut acceptée avec enthousiasme. Commença alors un long périple que Dibdin décrivit dans son célèbre récit Bibliographical, antiquarian and picturesque tour in France and Germany (Tour bibliographique, antiquaire et pittoresque en France et en Allemagne), publié en 1821. Il y consacra de nombreuses pages à la Normandie et, dans la description détaillée qu’il fit de la cathédrale de Rouen, il nota : « La tour sud-ouest demeure, ainsi que la partie hau…

     

    Il vous reste 87 % de cet article à lire.

     



    Abonnement Patrimoine Normand

     

     
  • ROUEN – Récit et Photos pour l’Acte 7 des Gilets Jaunes

    Nous vous livrons un récit de la journée du 29 décembre à Rouen à l’occasion de l’acte 7 des Gilets Jaunes. Barricades, banques repeintes et enflammées, résistance et courage furent les ingrédients d’une mobilisation qui ne fait que croître dans la région rouennaise. Enthousiasme et détermination L’enthousiasme et la détermination qui traversa les rues de […]

    L’article ROUEN – Récit et Photos pour l’Acte 7 des Gilets Jaunes est apparu en premier sur Rouen dans la rue.

      ,
  • Le charme bucolique de Croisy-sur-Eure

    Croisy-sur-Eure. Le moulin Sagout, avec sa roue et ses vannages rachetés par la commune (© Chantal et Jean-Noël de Crombrugghe). 


     
    Extrait Patrimoine Normand N°108.
    Par Virginie Michelland.

    Dans la vallée de l’Eure, à la croisée des chemins du patrimoine et de la nature, les belles étapes ne manquent pas. Patrimoine Normand est parti à la découverte de Croisy-sur-Eure, histoire de s’offrir le plaisir d’une flânerie l’espace d’un beau soir d’été, suivie d’une errance colorée par un frais matin d’automne.
     

    Guidée par Jean-Michel de Monicault et Jacky Sabourin, respectivement maire et conseiller municipal, nous avons pu profiter pleinement de cette commune de 236 habitants, offrant de multiples face…

     

    Il vous reste 91 % de cet article à lire.

     



    Abonnement Patrimoine Normand

     

     
  • Rouen. Plusieurs blessés graves pour l’Acte 7 des Gilets Jaunes

    Le collectif Face aux armes de la police nous envoie cet article. Rouen. Manifestation du 29 décembre. Plusieurs blessés graves. (images choquantes) Rouen a connu hier sa plus grosse journée de mobilisation entre manifestation, violences policières et barricades. Au moins 2000 personnes en colère, venues de toute la Normandie, ont défilé, comme la semaine dernière, […]

    L’article Rouen. Plusieurs blessés graves pour l’Acte 7 des Gilets Jaunes est apparu en premier sur Rouen dans la rue.

      ,
  • 13 manifestants interpellés après les tensions à Caen

    Après la dispersion du rassemblement des gilets jaunes devant la préfecture de Caen, en fin de journée samedi 29 décembre, des attroupements avec feux de poubelle se sont maintenus à plusieurs endroits de la ville. 13 gilets jaunes ont été interpellés….

      ,
  • Important sauvetage sous les falaises d’Etretat

    21 personnes étaient bloquées par la marée montante et une femme était blessée après une chute
     

      ,
  • Un jeune migrant grièvement blessé à Caen

    Aux alentours de 22h hier soir, samedi 29, à Caen, un groupe d’une dizaine de migrants afghans a été attaqué, selon le témoignage de l’un d’entre eux, par une trentaine de personnes. Deux Afghans ont été blessés, dont l’un grièvement, au couteau. Il a …

      ,
  • Un jeune de 15 ans tué dans un accident près de Yerville (Seine-Maritime)

    Cet accident de la circulation a eu lieu à Val-de-Saâne, entre Pavilly et Bacqueville-en-Caux
     

      ,
  • Sports et sportifs en 2018 : quoi de neuf en Normandie ? (ni foot ni basket…)

    Le sport, ce n’est pas que le foot ou le basket, nous avons présenté cette année des sports émergents ou insolites. Retour sur les sports ou les sportifs qu’il ne fallait pas manquer en 2018.

      ,
  • Chanson du Dimanche : TAMINO – Cigar

    Comment ne pas penser à Jeff Buckley en écoutant Tamino ? Cela est en effet troublant, pour mon plus grand plaisir avec ci-dessus le clip […]

      ,
  • Acte 7 : Tir de grenade sur un blessé à Rouen ! (vidéo)

    Sur cette vidéo on peut voir la première détonation de GLI-F4 de la journée, tirée en même temps qu’une salve de grenades lacrymogènes, suivie d’une seconde explosion qui manque de peu une personne blessée au sol.

    L’article Acte 7 : Tir de grenade sur un blessé à Rouen ! (vidéo) est apparu en premier sur Rouen dans la rue.

      ,
  • Gilets jaunes en Seine-Maritime, un premier bilan sans intox

    Gilets jaunes en Seine-Maritime, un premier bilan sans intox

    Beaucoup de choses sont dites et montrées sur ce mouvement citoyen, et bien souvent les mêmes images tournent en boucle : la violence de supposés gilets jaunes face à celle de la police… Hors il
    est impossible et même criminel de résumer le mouvement à cela.  Impossible car ces violences concernent surtout des casseurs (inhérents à chaque mouvement social de grande envergure), et
    quand elle provient de gilets jaunes, elle est souvent réponse à la violence qu’ils ressentent de la part des forces de l’ordre, impossible également et surtout car le mouvement est pluriel,
    véritable fourmilière à idées, débats et propositions, qui sont souvent passés sous silence. Et enfin cela est criminel car ne montrer que cette violence, qui certes est bien réelle, ne fait
    qu’augmenter la haine et le sentiment de rejet, dans un sens des gilets jaunes, et dans l’autre des forces de l’ordre, le fameux diviser pour mieux régner, qui ne peut que provoquer une certaine
    escalade dans cette violence qui à déjà fait suffisamment de victimes de tous les cotés. Alors voyons ensemble le bilan que nous pouvons tirer honnêtement et sans parti pris après un mois et demi
    de mouvement.

    1 : Des revendications plus nombreuses qu’il n’y parait

     Au départ du mouvement, une revendication simple : l’arrêt de l’augmentation des taxes sur l’essence à la pompe. Du moins c’est ce que beaucoup ont cru, car dès le début, l’idée était
    surtout l’incompréhension de l’augmentation des taxes pour les citoyens, la ou certaines multinationales en sont exemptées.  Il convient de rappeler que taxes et impôts sont obligatoire pour
    permettre le fonctionnement des services publics et de ce qui peut être utile à toutes et tous. Mais rares sont finalement les gilets jaunes qui souhaitent leur abolition, à l’exception de
    quelques libéraux, qui très vite ont désertés le mouvement, non ce que veulent la plupart des gilets jaunes, c’est une meilleure répartition de ces taxes et impôts, car il est aisé de comprendre
    que ce qui sera pris à la base, l’est pour permettre de continuer les cadeaux à une minorité de privilégiés.  Il s’agit de trouver un équilibre pour le fonctionnement du pays, et simplement
    les gilets jaunes et le gouvernement sont en total désaccord sur le qui doit payer et combien… 

     

    Voila pour le volet des taxes, mais cela ne représente qu’une infime partie des revendications que nous avons constater, car c’est bien tout un système dans son ensemble que veulent remettre à
    plat les gilets jaunes.

    Parmi ces nombreuses revendications et demandes, émanant des cahiers de doléances, de pétitions, etc. :

     

    – La demande d’une meilleure prise en compte des retraités qui voient leur niveau de vie et leur pouvoir d’achat diminuer. Demande concrète des gilets jaunes : retraite à 60 ans, une pension
    digne et des aides adaptées.

     

    – La demande d’un retour d’un service public digne pour ses agents et efficace pour la population. Demande concrète des gilets jaunes : Plus de moyens humains et matériels, respect des doléances
    des agents et des syndicats ( que ce soit dans les hôpitaux, écoles, transports collectifs, collectivités territoriales, police, justice..)arrêt immédiat des fermetures et des privatisations. Un
    service public par et pour le public en somme. 

     

    – La demande d’une augmentation des salaires indexée sur le réel cout de la vie. Demande concrète des gilets jaunes : Augmentation immédiate du smic et de tous les bas salaires, pour permettre à
    tout un chacun de vivre dignement et non plus survivre, pendant qu’une minorité continue d’augmenter ses bénéfices et richesses au delà de tout sens commun. Si on fait la synthèse des divers
    demandent, on arrive à une moyenne pour le smic net de 1500 euros par mois, et une augmentation de tous les bas salaires de 20% environ.  N’importe quel économiste de bonne fois confirmera
    que c’est faisable et même souhaitable pour l’économie de notre pays.

     

    – La demande de la prise en compte d’une véritable transition écologique devant l’urgence absolu de la situation. Demande concrète des gilets jaunes : De véritables décisions contre les
    pesticides, le glyphosate et tout ce qui tue nos terres. La demande de la gratuité totale des transports en commun locaux et une amélioration rapide des réseaux, conditions quasi indispensables
    pour certains, pour diminuer l’usage de la voiture individuelle, si mortelle à notre environnement. Et bien sur le retour à une véritable politique de fret ferroviaire, beaucoup moins polluant
    que ne peut l’être le transport routier.

     

    – La demande de l’arrêt des privilèges de classe. Demande concrète des gilets jaunes : Retour de l’ISF, lutte efficace contre l’évasion fiscale (même les Etats-Unis s’y sont mis, et pourtant on
    ne peut parler d’un pays de gauchistes…). Mais aussi une diminution drastique des privilèges des  hauts élus de la république : suppressions des multi-retraites ( et une durée de cotisation
    équivalente au citoyen lambda), des avantages en personnel, des remboursements de frais dépassant l’entendement, obligation d’un casier judiciaire vierge ( un simple gardien de logements sociaux
    doit en présenter un, mais pas les députés et autres politiques…). Dernière demande la possibilité de révoquer les élus en cas de non respect de leur programme et de leur mandat, avec pour
    commencer pour de nombreux gilets jaunes la volonté de faire un référendum pour destituer E. Macron.

     

    – Ce qui nous amène au dernier point important, la demande de referendum d’initiative citoyenne, afin que le peuple puisse statuer sur de propositions de lois, leur application, la révocabilité
    des élus, une modification de la constitution etc… Contrairement à ce que certains peuvent penser, ce n’est pas une idée si saugrenue et nouvelle, et de nombreux pays l’utilise déjà, avec un
    certain succès, la Suisse, la Nouvelle-Zélande, l’Italie, la Lettonie, la Bolivie etc.…  Pour certains il s’agit d’une mesure populiste, pouvant amener le pire, mais pour beaucoup, y compris
    donc les gilets jaunes, cela éviterais par exemple que les élus trahissent leurs promesses de campagne, ce qui ferait diminuer l’abstention et donc favoriserait le processus démocratique, sans
    compter que si le peuple peut proposer ou exprimer son avis sur les lois et qu’il soit pris en compte, nos politiciens seraient obligés de les expliquer, d’agir à découvert et la aussi il
    s’agirait d’une belle avancée en terme de démocratie.

    2 : Une mobilisation qui ne faiblit pas tant que cela…

     Certains médias et une partie de la classe politique laissent à penser que la mobilisation diminue grandement chaque semaine, hors la réalité est tout autre. Voyons cela ensemble :

    Comme nous l’avons évoqué plus haut, certains ne suivaient le mouvement que lorsqu’il était plus axé sur les taxes, et donc leur intérêt personnel plutôt que collectif, c’est un fait ceux-là ont
    quitté le mouvement et forcément cela fait des milliers de personne en moins, mais pour le reste ?

     

     En ce qui concerne la Normandie, les conditions météos de ce mois de décembre n’ont pas aidé, mais de nombreuses personnes qui ne sont plus présentes au quotidien sur les lieux de
    rassemblement, sont toujours soutiens actifs et prêt à remettre cela très bientôt. une autre raison à l’apparente diminution des forces en présence est bien sur la « chasse » faite en certains
    lieux, ou parfois on arrête les gens avant rassemblement, un moyen simple de faire croire ensuite qu’il y avait moins de gens mobilisés, sans compter qu’avec les vacances et donc la présence des
    enfants à la maison, il est compliqué pour certains de risquer un emprisonnement et imaginer laisser seuls les enfants ensuite. Enfin un dernier point permet de démobiliser certains, la violence
    sans distinction entre les casseurs, les énervés et les manifestants citoyens pacifistes, la aussi de nombreuses personnes y réfléchissent à deux fois avant de faire un déplacement qui peut se
    terminer sans raison avec la perte d’un œil, d’un bras ou de la vie… Mais cela ne signifie en aucun cas que ces gens ne soutiennent plus le mouvement, bien au contraire, simplement ils agissent
    de plus en plus d’une manière différente, par des doléances, des rencontres avec des politiques, des tentatives de débats et des relais dans les médias locaux.

     

     Enfin, et je suis bien placé pour le savoir, ayant participé à de nombreuses manifestations dans ma vie, les chiffres diffusés dans certains médias sont non seulement faux, mais se veulent
    à valeur de découragement pour les indécis. En effet, il est facile avec internet et les très nombreuses vidéos qui circulent, de se rendre compte que plus encore que lors de précédents
    mouvements, à quel point les chiffres officiels sont absurdes, et fait nouveau, contestés même par de nombreux syndicats de police, qui sont aux premières loges. Pour Rouen par exemple, on a pu
    entendre le chiffre de 500 manifestants sur certains samedi, alors même qu’en prenant le temps de compter sur une vidéo fixe montrant tout le cortège passer, qu’il y avait au bas mot 2000
    personnes. 

    3 : Il n’y a pas un mais une foultitude de profiles

     Ce qui peut interpeller lorsque l’on étudie ce mouvement citoyen de plus prêt est la variété de profiles des gilets jaunes, la ou sur des mouvements sociaux plus classiques on retrouve
    surtout les syndicats, les travailleurs et les partis de gauche, on retrouve ici des gens de tous les horizons politiques.

    Cela peut être vu à la fois comme une force ou comme une faiblesse pour ce mouvement, je m’explique :

     

     Une force car l’unité et l’adhésion de la population en générale peut être plus forte à l’égard d’un mouvement moins marqué politiquement, et dans lequel on retrouve ses voisins, des
    travailleurs, des commerçants, des chômeurs etc…

     

    Une faiblesse car des idées très contradictoires peuvent se voire représentées et il est parfois difficile de comprendre le mouvement, par exemple sur quelques sites des mots d’ordres ouvertement
    racistes et anti-immigration sont portés par certains, impossible donc de soutenir ces sites et représentants auto-désignés issus de l’extrême droite ( c’est le cas de plusieurs barrages sur les
    autoroutes et de quelques rond points malheureusement. Une faiblesse également car cela permet une récupération politique non souhaitée, justement par l’extrême droite, mais aussi par des
    opportunistes de tous bords, qui dans un mouvement plus organisé n’auraient pas droit de citer.

    4 : La réalité de l’impact du mouvement sur l’économie

    On entend tout et son contraire en terme d’impact sur l’économie et notamment sur l’économie locale, qui nous préoccupe forcément à alternative76.fr. Pour certains il n’y aurait pas d’effets
    négatifs, pour d’autres au contraire, ce serait la fin de tout, il semblerait que la réalité soit plus complexe, et après enquêtes et renseignements pris auprès de nombreux petits commerces et
    artisans on se rend compte que tout dépend des secteurs, certains étants plus impactés par les blocages quotidiens, d’autres par les manifestations des samedis.

     

     J’ai pu rencontrer et discuter avec de nombreux producteurs et exploitants de fermes locales et bios, et certains ont subi de lourdes pertes car ne pouvant se rendre sur les marchés pour
    vendre leurs produits, notamment sur les premières semaines du mouvement, il en va de même pour de nombreuses boutiques de vente directe. Mais pour la plupart les choses se sont arrangées au fur
    et à mesure du mois de décembre, et certains font même parti du mouvement et ou le soutienne en approvisionnant divers lieux emblématiques des blocages.

     

     Pour ce qui est des commerçants des centres villes, les choses sont différentes, moins impactés par les blocages quotidiens, ils l’ont été beaucoup plus par les grandes manifestations du
    samedi, que ce soit parce que de nombreuses personnes ont déserté les centres ville par crainte des violences, ou plus directement car eux même situés sur les parcours des manifestations, ont du
    ou préféré fermer. Dans tout les cas et en cette fin d’année propice aux achats de cadeaux et de coups de cœur divers, ils ont paradoxalement beaucoup plus perdu que les grandes enseignes,
    pourtant combattues et dénoncées par les gilets jaunes.  Les grands gagnants, économiquement parlant, de ce mois de décembre sont étonnamment les enseignes de vente en ligne comme Amazon,
    qui ont profitées à plein à la fois des centres villes bloqués les samedis et de la crainte de certains. 

    Il convient donc si l’on souhaite vraiment changer de paradigme économique et si l’on veut vraiment des circuits directs sans actionnaires et grands patrons qui s’enrichissent ( ce qui est une de
    volontés du mouvement), de favoriser ces commerces locaux, ces petites entreprises, ces commerces de centre ville, bref revoir notre manière de consommer, hors pour le moment l’effet est à
    l’opposé de cela.

     

    Tout ceci provoquant une scission assez importante dans la population, et le fait que si beaucoup soutiennent les idées et le principe du mouvement, ils ne peuvent l’approuver à 100% étant donné
    la difficulté économique du moment, alors bien sur ils savent que ce n’est pas le mouvement qui est responsable de tout, ils savent que les lois sont faites pour favoriser les gros contre ces
    petits commerçants et artisans, mais il n’empêche que dans les faits, cela ne les aide pas au quotidien. Peut être que d’autres formes d’actions seraient préférables pour favoriser le local,
    comme cela est fait en divers lieux ou seuls sont bloquées et pénalisées les grandes enseignes. 

    5 : Violences et dégradations, qui et pourquoi ?

    Depuis le début du mouvement des gilets jaunes, beaucoup des « grands médias » (dont on rappel qu’ils appartiennent tous à une poignée de millionnaires, forcément opposés au mouvement),  nous
    montrent sans cesse des images de violence, de dégradations… Il convient bien sur de ne pas les occulter, mais simplement d’une part de les recontextualiser, et d’autre part de rappeler qu’elle
    ne sont pas le fait de la majorité des gilets jaunes, bien au contraire.

     

    Tout d’abord rappelons que les premières victimes de ces violences sont les gilets jaunes eux même, des blessés graves et des morts suite à des violences policières ou à des incompréhensions et
    énervements d’automobilistes sur les lieux de blocage…  Ensuite il est important également de rappeler que sur chaque mouvement social, des casseurs viennent se greffer au mouvement, et
    qu’il est certain que la volonté au départ de ne pas avoir d’organisations syndicales présentent en tant que telle, à favoriser leur présence et le manque d’organisation de la sécurité interne.
    Mais que tout cela ne remet aucunement en cause le fait que la grande majorité des gilets jaunes sont pacifistes, et se retrouvent souvent débordés à la fois par la violence policière et la
    violence des casseurs. Tout le monde à pu voir les images de l’Arc de Triomphe ou plus prêt de nous du centre ville de Rouen, et forcément ces images font peur, mais à l’exception du dernier
    samedi, tous les précédents j’était à titre personnel sur Rouen centre, et jamais je n’ai été mis en danger par quelque gilet jaune que ce soit, et ai pu profiter de la ville comme n’importe quel
    samedi lambda, et que les rares véritables gilets jaunes énervés, le sont par réaction à la violence qu’ils subissent directement sur les manifestations, mais également celle qu’ils considèrent
    dans les propos de l’exécutif depuis le début du mouvement. Ceci n’excuse aucunement les excès, mais permet de les comprendre, car un peu à la manière d’un enfant qui parce qu’il ne sait exprimer
    autrement sa colère et ses idées, ne pourrait que crier ou s’énervé, car il n’est pas compris, et bien ici la sensation est la même celle de ne pas être entendu et compris et de ne savoir parfois
    comment l’exprimer. 

     

     Voyons également à qui profite cette violence ? Surement pas aux gilets jaunes, mais bien aux opposants au mouvement, qui peuvent ensuite dire  » Voyez, ils n’ont pas d’idées, ils cassent
    etc.. », et c’est bien pour la favoriser que l’on à attendu aussi pour entendre les doléances des forces de l’ordre, elles aussi à bout, sans parler des ordres qui leur sont donner, parfois avec
    l’objectif la encore de diviser la population. Quelle est l’intérêt d’avoir cette opposition franche et violente sur chaque journée du mouvement ? Chacun se fera son avis. En tout cas nous ne
    cautionnons évidement pas la violence, de quel bord qu’elle soit , et considérons que c’est ensemble et non en s’opposant que les choses pourront changer. 

     

     Il convient pour terminer et pour être parfaitement honnête de signaler que de nombreux lieux de blocages sont repris le soir lorsque les gilets jaunes quittent les lieux, par des bandes,
    parfois d’extrême droite, parfois de « racailles », et l’alcool aidant, violence et destructions sont au rendez-vous, mais gardez en tête qu’il ne s’agit nullement de gilets jaunes, et que ceux-ci
    notamment au rond-point des vaches à Saint-Etienne-du-Rouvray,  les condamnent et travaillent avec la police pour faire stopper ces irresponsables.  Car tout le monde se rend compte de
    l’impact très négatif sur le grand public de ces actions, parfois seules choses retenues par les médias…

     

     Autres choses retenues souvent par les grands médias, les agressions d’automobilistes qui ne soutiennent pas le mouvement, les agressions sexistes, homophobes ou racistes, elles existes,
    pas sur tous les lieux, mais elles existes, et bien su, la aussi nous les condamnons fermement, mais la encore il ne s’agit pas de la majorité des gilets jaunes, et sont souvent le fait encore
    une fois de certains fachos et de « racailles ». Le soucis étant je pense la aussi lié au fait d’avoir dès le départ refusé la présence en tant que tel des syndicats et partis de gauche qui savent
    gérer cette fameuse sécurité interne et les débordement, de part leur grande expérience des mouvements sociaux et manifestations, et qui jamais ne laissent la place à l’extrême droite. Mais il
    faut reconnaitre que ces incidents sont de plus en plus rare, car justement le mouvement s’organise et les doléances récentes s’éloignant fortement de la ligne national libéral du RN, ceux-ci
    disparaissent de nombreux lieux, aidés également par la présence plus récente de nombreux syndiqués et anti-fa, qui savent gérer ce genre de soucis… 

    6 : Résumer le mouvement ? Compliqué…

     Il n’a jamais été si difficile de résumer le mouvement, et c’est peut être ce qui fait peur à certains.. un mouvement citoyen, aux idées multiples et abolissant en lui-même tout idée de
    classe, un mouvement pour lequel il est complexe de se dire à 100% pour ou à 100% contre, un mouvement né d’une formidable soif de démocratie et qui parait aux yeux de certains comme
    anti-démocratique, un mouvement ou des retraités comme des ouvriers et des entrepreneur peuvent se croiser, s’entraider, mais que certains de leurs propres « corporations » ne soutiennent pas,
    compliqué… Compliqué d’autant plus que de chaque coté vous trouverez des arguments intéressants et des gens convaincus. Il convient simplement de laisser le peuple citoyen et souverain décider de
    son sort et de son avenir, et en cela le simple fait que le mouvement existe, et qu’il en ressorte des propositions collectives est déjà une formidable avancée, ensuite sur la manière de mettre
    en place ces propositions chacun aura son avis, mais qui peut être contre une démocratie plus représentative, une justice sociale et économique et une véritable transition écologique ?

     

    Alors vous me direz que pour certains, les gilets jaunes sont à l’opposé de cela, voulant faire passer en force des idées, détruisant un certain patrimoine et un pan de l’économie etc.. C’est une
    vision, mais une autre est de se dire qu’ils font avancer les choses, que de toute façon d’autres méthodes ont été essayées sans grand résultat, et que cette manière directe, sans filtre et avec
    parfois des accros est finalement plutôt saine de la part d’un peuple qui souffre et qui décide de se prendre en main, pour ne plus laisser son destin entre les mains d’une minorité. 

     

    Pour ou contre n’est donc plus la question, le mouvement existant et ayant quoi qu’on en dise un fort impact sur la société. La question est plutôt comment doit se poursuivre ce mouvement,
    comment les citoyens vont réussir à s’entendre pour défendre une autre vision de la société, plutôt que l’actuelle qui est si loin des réalités du plus grand nombre, comment allier ce mouvement
    populaire et économie locale, comment aussi faire en sorte que l’urgence écologique soit enfin au cœur du débat, et ne fasse plus qu’un. Car nous pourrons débattre longtemps du pourquoi et du
    comment, mais il y a deux réalités que l’on ne peut occulter :

     

    – La première étant que la majorité des gens (et pas seulement France…) souffre et à du mal à manger à sa faim, ne pouvant que survivre et non vivre, du fait de l’enrichissement constant d’une
    minorité. 

     

    – La seconde est que la vie sur la planète est en sursis du à une économie destructrice de la nature, et que plus que jamais il y a urgence à tout changer pour espérer que les générations futurs
    puissent y vivre, car cette monétisation de tout empêche tout véritable changement, alors pour conclure je rendrais le mot d’ordre d’alternatiba : Changeons le système, pas le climat ! 

    Guillaume pour alternative76.fr

    Les propos tenus dans cet article n’engagent que l’auteur, et sont le fruit de nombreuses rencontres et échanges citoyens depuis la mi-novembre et le début du
    mouvement.


     
  • Acte VII des Gilets jaunes : dix blessés légers, deux plus gravement, six interpellations

    La tension est retombée, à Rouen (Seine-Maritime), après un samedi 29 décembre 2018 marqué par de violents incidents à l’occasion de « l’Acte VII » des Gilets jaunes.

      ,
  • Incidents en Seine-Maritime : plusieurs interventions des pompiers à Étretat

    Les pompiers sont intervenus à deux reprises, le 29 décembre 2018 à Étretat (Seine-Maritime). La 1ere pour une chute, et une seconde fois pour des personnes bloquées par la marée.

      ,
  • Météo du dimanche 30 décembre en Normandie : il est mort le soleil

    Aucun changement à prévoir dans les conditions météo de la suite de ce week-end en Normandie, qui continuera tel qu’il aura débuté : dans la grisaille.

      ,
  • Seine-Maritime : une vingtaine de promeneurs isolés par la marée secourus à Etretat

    Une femme, légèrement blessée en faisant une chute sur la plage, a été évacuée par l’hélicoptère de la sécurité civile…

      ,
  • Drame de la route en Seine-Maritime : un jeune homme tué, un autre dans un état critique

    L’accident s’est produit sur une petite route de campagne entre Yerville et Totes, dans le Pays de Caux. Le véhicule…

      ,
  • Gilets Jaunes Acte 7 à Caen et à Rouen ou ailleurs avant que ne débute le nouveau mandat du président Macron…

    Une bonne tragédie, classiquement, était limitée à 5 actes.
    Ce samedi 29 décembre 2018, c’était l’acte 7 de la mobilisation d’un mouvement des Gilets Jaunes qui démontre ainsi qu’il ne souhaite pas que l’agenda médiatique soit feuilletonné par les prof…

     
  • Un blessé grave dans un accident entre Rouen et Dieppe

    L’accident a eu lieu sur la route nationale 27 à la hauteur de la commune de Biville-la-Baignarde (Seine-Maritime)
     

      ,
  • 2018, une belle année musicale

    En commençant à réfléchir à ce que j’aurais à raconter pour mon petit bilan annuel de 2018, je me suis rendu compte que j’avais envie de dire pas mal de choses sur la musique. Je […]
    Cet article 2018, une belle année musicale est apparu e…

     
  • EN IMAGES. Trois œuvres du célèbre street-artiste C215 sont cachées dans les rues de Rouen

    Venu à Rouen (Seine-Maritime) en 2017, le street-artiste C215 a laissé des souvenirs dans les rues de la ville : trois pochoirs dessinés rue du Gros-Horloge et près des Beaux-Arts.

      ,
  • Pillage de tombes, dissections et trafics de cadavres

    Deux pilleurs plaçant dans un sac le cadavre qu’ils viennent de déterrer. La Mort, munie d’une lanterne, se saisit de l’un des malfaiteurs. Dessin colorié de Thomas Rowlandson, 1775 (Wellcome Collection. CC BY 4.0).


     
    Extrait Patrimoine Normand N°108.
    Par Serge Van Den Broucke.

    Aux XVIIIe et XIXe siècles, le développement des sciences amena une recrudescence des études anatomiques, pour lesquelles la demande en corps humains disponibles pour les dissections prit un essor considérable. Face à l’Angleterre, la Normandie joua un rôle trouble dans un commerce aussi macabre et risqué qu’économiquement rentable.
     

    Le 17 mai 1740, à Rouen, des gens d’armes se présentèrent au domicile d’un dénommé Nicolas de Jeanson, sur suspicion d’activités illégales. Ce Jeanson, qui était arrivé en ville sept ans auparavant après avoir vécu à Paris, se présentait comme démonstrateur en chirurgie et anatomie. Il s’offusqua avec véhémence de cette intrusion, clama qu’il avait exercé avec succès pendant trente ans dans la capitale, et que son sérieux était reconnu par les plus hautes autorités. Cela n’impressionna guère les enquêteurs. Et en fouillant la maison, ils furent horrifiés de découvrir, pendus au plafond, de nombreux squelettes humains encore munis d’organes, desséchés et peints, puis vernis. En réalité, Jeanson avait été chassé de Paris au bout de trois années seulement, exclu de l’ordre des chirurgiens pour avoir réalisé des faux. Il s’était installé à Rouen par commodité afin de mettre sur pied un juteux commerce clandestin de squelettes et de pièces anatomiques avec l’Angleterre toute pro…

     

    Il vous reste 88 % de cet article à lire.

     



    Abonnement Patrimoine Normand

     

     
  • Heurts ce samedi à Rouen lors du défilé des gilets jaunes

    Pour le 7e samedi du mouvement de protestation des gilets jaunes, plus de 1000  personnes sont rassemblées. Des heurts et violences ont déjà eu lieu en fin de matinée
     

      ,
  • Armand Carrel – Le Normand qui imposa la liberté de la presse en France

    Armand Carrel avait autrefois sa statue à Rouen, sa ville natale, d’abord installée en 1887 à l’intersection des rues Verte et Jeanne-d’Arc, non loin de la gare ferroviaire donc. Réalisée en bronze par le sculpteur Louis-Albert Lefeuvre (1845-1924), elle fut fondue durant l’Occupation (© collection Stéphane William Gondoin – DR).


     
    Extrait Patrimoine Normand N°108.
    Par Philippe Cléris.

    Né le 8 mai 1800 à Rouen et mort en duel le 24 juillet 1836 à Saint-Mandé, Armand Carrel est un journaliste, historien et essayiste français. Mais c’est surtout un grand héros politique et romantique, qui a porté nos valeurs normandes à l’incandescence : le combat pour les libertés politiques, c’est d’abord celui de l’établissement d’un véritable état de droit et de sa défense farouche contre tout arbitraire ! Voici donc l’histoire édifiante et glorieuse d’un Normand, « un aristocrate qui s’est fait lui-même, héros des mots plus encore que des idées », selon un bon mot de Thierry Tuot.

     

    “ La presse n’est pas un pouvoir, elle est une puissance ”
    Armand Carrel

    Il plane actuellement une étrange atmosphère au-dessus de la presse et des médias français. Des hommes d’affaires étrangers au milieu de l’information, investissent de plus en plus dans les grands titres nationaux ou régionaux, laissant planer à terme un risque sur l’indépendance des rédactions. Dans la communication moderne, l’autocensure tend à se développer et la tentation se fait grande d’un « journalisme de connivence ». Autre signal inquiétant, il y a quelque temps de cela, une multinationale laitière a obtenu l’interdiction partielle de rediffusion d’un reportage d’enquête mené par la journaliste normande Élise Lucet. Et que dire de la médiocre 33e place obtenue par la France dans le dernier classement de Reporters sans Frontière, loin derrière la Norvège en tête du palmarès ? Il nous est donc apparu pertinent de nous souvenir de la mémoire d’un grand Normand, injus…

     

    Il vous reste 87 % de cet article à lire.

     



    Abonnement Patrimoine Normand

     

     
  • Libération de 1944. À Duclair, près de Rouen, un musée évoque le franchissement de la Seine

    Août 1944. L’armée allemande traverse la Seine en région de Rouen (Seine-Maritime) tout en contenant l’avancée libératrice alliée. Un musée est dédié à ce passage, à Duclair.

      ,
  • Jardins du château de Vendeuvre

    Château de Vendeuvre (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand).


     
    Extrait Patrimoine Normand N°108.
    Par Thierry Georges Leprévost.

    À une lieue de Saint-Pierre-sur-Dives, quatre de Falaise, le château et le jardin de Vendeuvre s’inscrivent harmonieusement entre la ville de naissance de Guillaume le Bâtard et l’abbaye bénédictine fondée par Lesceline d’Eu. Une situation privilégiée pour l’une des plus anciennes familles de Normandie, intimement liée à la période ducale.
     

    dans le sillage de mathilde

    Vers 1049, au château d’Eu, le futur conquérant de l’Angleterre prend pour épouse la belle et douce Mathilde, fille du comte Baudouin V de Flandre. Non loin de la mariée, de proches parents ne perdent rien de la cérémonie, conscients qu’elle va apporter à leur vie un changement aussi radical qu’à celle qui devient au même moment duchesse de Normandie. Les Le Forestier appartiennent à une branche importante de la famille comtale. Depuis toujours, ils servent leur cousine et, désormais membres du premier cercle ducal, s’apprêtent à la suivre rive gauche de la Bresle, en ce duché gagné de haute lutte par Guillaume le Bâtard à la bataille du Val-ès-Dunes, en 1047.

     

    Il vous reste 89 % de cet article à lire.

     



    Abonnement Patrimoine Normand

     

     
  • Climat : STOP à l’inaction, demandons justice ! #LAffaireDuSiecle

    Je soutiens « L’affaire du siècle », le recours en justice contre l’Etat français pour inaction sur le climat. Cette action est portée par quatre organisations de […]

      ,