Aller au contenu

L’ex-sénateur UMP du Calvados, René Garrec, mis en examen pour détournements de fonds

À 84 ans, l’ancien sénateur UMP du Calvados qui a également été président de la Région Basse-Normandie, René Garrec, a été mis en examen pour détournements de fonds publics.

René Garrec (©Liberté/Le Bonhomme Libre)
René Garrec ancien sénateur UMP du Calvados et président de Région de 1998 à 2004 a été mis en examen pour détournements de fonds publics. (©Liberté/Le Bonhomme Libre)

Jeudi 26 janvier 2017, l’AFP a annoncé que l’ancien sénateur UMP du Calvados, président de région Basse-Normandie de 1998 à 2004, René Garrec, a été mis en examen  dans l’enquête sur des soupçons de détournements de fonds publics au profit de plusieurs élus de l’ex-UMP au Sénat.

Son avocat, Raphaël Gauvain, a confirmé à l’AFP la mise en examen de son client pour  « détournements de fonds publics par une personne exerçant une fonction publique et recel de ce délit ».

Cinq autres personnes ont été mises en examen dans ce dossier. L’AFP indique que d’autres auditions d’élus sont envisagées.

L’enquête remonte à 2012

Le parquet de Paris avait ouvert une enquête en 2012 après un signalement de la cellule antiblanchiment de Bercy, Tracfin, avant d’ouvrir une information judiciaire.

En 2014, c’est le site Médiapart qui révélait que le sénateur René Garrec était visé par la justice dans l’affaire de détournements de fonds et de blanchiment d’argent qui agitait depuis deux ans déjà le groupe UMP au Sénat.

> LIRE AUSSI : Ces sénateurs UMP de Normandie qui auraient bénéficié des largesses de leur groupe

Médiapart révélait alors la liste des sénateurs potentiellement impliqués. Au côté de Jean-Pierre Raffarin, Gérard Longuet ou encore Hubert Falco figurait celui de René Garrec.

Le sénateur du Calvados, ancien président du Conseil régional aurait, selon ce qu’expliquait le site, « touché 12 000 euros en trois chèques ».

Soupçonné d’avoir perçu 92 000 euros

L’ancien président du Conseil général avait, à la suite de l’article de Médiapart, répondu dans un communiqué de presse.

Je n’ai rien à ajouter , aujourd’hui, à la déclaration du groupe UMP du Sénat en date du 20 mai dernier, démentant formellement tout détournements de fonds publics. Tout est parfaitement transparent et je vois l’avenir avec sérénité…

Selon l’AFP, ce sont des sommes importantes remises à des sénateurs, en plus de leurs indemnités, depuis deux comptes de l’ex-UMP et par le biais de deux associations, qui sont visées.

Il serait notamment reproché à l’ex-sénateur René Garrec, qui avait une délégation de signature  « d’avoir signé un certain nombre de chèques à des sénateurs et d’avoir perçu pour lui-même 92 000 euros entre 2009 et 2014 depuis deux comptes du groupe ».

> LIRE AUSSI Moulin de Giverny saisi, convocation aux prud’hommes… Enquête au cœur du système Balkany