Aller au contenu

Menaces d’attentat. Un jihadiste présumé originaire de Seine-Maritime arrêté près de Toulouse

Un homme originaire d’Harfleur (Seine-Maritime) a été arrêté le 27 décembre 2016 à son domicile, près de Toulouse. ll est soupçonné d’avoir des liens avec l’islamisme radical.

Un homme originaire de Seine-Maritime, soupçonné d'être en lien avec l'islamisme radical a été arrêté le 27 décembre 2016 près de Toulouse (Fotolia)
Un homme originaire de Seine-Maritime, soupçonné d'être en lien avec l'islamisme radical a été arrêté le 27 décembre 2016 près de Toulouse. (©Fotolia)

Soupçonné d’avoir des liens avec le terrorisme islamiste, un homme de 29 ans a été arrêté à Cugnaux (Haute-Garonne) le 27 décembre 2016, explique La Dépêche du Midi. Le service des renseignements intérieur le surveillait depuis longtemps.

Un passage à l’acte pendant les fêtes ?

Originaire de Harfleur, près du Havre (Seine-Maritime), le supposé jihadiste se serait réjoui de l’attentat perpétré à Berlin, où 12 personnes sont mortes, dans la soirée du 19 décembre 2016.

> LIRE AUSSI : 12 morts dans un attentat à Berlin : les réactions en Normandie

Qui plus est, son domicile avait déjà fait l’objet d’une perquisition administrative le 4 décembre 2015, quelques semaines après l’instauration de l’état d’urgence. Le quotidien explique :

Les enquêteurs le soupçonnaient d’un imminent passage à l’acte durant les fêtes de fin d’année.

Au regard de tous ces constats, l’individu a été interpellé le 27 décembre par les policiers du Raid (Recherche assistance intervention dissuasion). Il a été mis en examen et écroué entre le 31 décembre 2016 et le 1er janvier 2017 pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste criminelle » et « apologie du terrorisme ».

> LIRE AUSSI : Terrorisme. Pour lutter contre la radicalisation, la Seine-Maritime en quête d’idées et de projets

Stupeur dans le quartier

Depuis cette arrestation musclée, c’est la stupéfaction dans le quartier où il résidait. « Un homme sans histoire, poli », « il n’avait aucun comportement agressif », décrivent les riverains dans les colonnes du quotidien. Le supposé jihadiste s’était intégré dans ce quartier paisible de la banlieue toulousaine.

On le voyait sortir le soir régulièrement. Il faisait son jogging sur le terrain de foot.

Aucune arme à feu ni engin explosif n’ont été retrouvés chez lui.

> LIRE AUSSI : Un Comité de suivi pour les victimes du terrorisme en Seine-Maritime : « Bien mais pas suffisant »