Aller au contenu

Sondage. Les Français optimistes pour 2017 mais qui ne comptent pas sur la présidentielle

58% des Français se disent « optimistes » pour l’année 2017 mais ne comptent pas sur la présidentielle pour apporter davantage d’espoir, selon un sondage publié le 2 janvier 2017.

Illustration de l'article : Des Français optimistes pour 2017 mais pas pour la présidentielle
Une majorité de Français (58%) se disent « optimistes » pour l'année 2017 mais ne comptent pas sur la présidentielle pour apporter davantage d'espoir. (©AFP/BERTRAND LANGLOIS)

Une majorité de Français (58%) se disent « optimistes » pour l’année 2017 mais ne comptent pas sur la présidentielle pour apporter davantage d’espoir, selon un sondage* Harris Interactive pour RTL publié lundi 2 janvier 2017.

Même tendance depuis quatre ans

Dans ce baromètre « Bilan et perspectives », mené chaque année depuis 2009, plus d’un Français sur deux (54%) juge que 2016 a été une année « négative » et 43% « positive », les mêmes proportions exactement qu’en décembre 2015. Une tendance observée depuis quatre ans mais avec un abattement moins visible chez les moins de 35 ans et les actifs (54 et 47% jugent 2016 positive, en hausse de 3 et 9 points), à l’inverse des plus de 50 ans (36%, – 6 points).

Concernant 2017, davantage de Français se disent personnellement « optimistes » par rapport à 2016 (53%), en augmentation constante depuis 2011 (de 44% à 58%). Une évolution particulièrement portée par les milieux populaires (+62%, +9).

Aucun candidat ne suscite un regain de l’optimisme

Selon Harris Interactive cependant, à la veille de cette année électorale, « aucun candidat à la présidentielle ne susciterait un regain de l’optimisme d’une majorité de Français ». Parmi les personnalités testées, l’ancien ministre de l’Économie, Emmanuel Macron, est cité comme celui pouvant créer le plus d’espoir (25%). Il est suivi par Marine Le Pen (21%), François Fillon (20%) puis Jean-Luc Mélenchon (13%).

À noter que cette étude montre que les Français installent pour la première fois la lutte contre le terrorisme en tête de leurs priorités (78%) pour 2017, devant le chômage (74%), le système social, l’insécurité (67%), le pouvoir d’achat (63%) et l’éducation (62%). La lutte contre le terrorisme n’était que la cinquième priorité dans l’enquête réalisée fin 2014 pour 2015 (59%).

*Enquête réalisée en ligne du 27 au 29 décembre auprès de 2 295 personnes représentatives de la population française âgées de plus de 18 ans, selon la méthode des quotas.

AFP